Double vue :

 

À priori, ce qui est visible est un ensemble compacte de volumes géométriques aux formes épurées, jouant avec la lumière, la transparence et les reflets. Un jeu de couches superposées, de miroirs et de translucidités révèlent ce qu’il y a autour et puis c’est tout. « Less is more » semble dire l'oeuvre en héritière fière de ses origines. Son esthétique, rappelle à la fois le travail d’un  Donald Judd, mais également les prémisses des architectures virtuelles caractérisées par un minimalisme des formes et de volumes géométriques faits seulement de lignes, structurant un monde irréel, en écho aux premières oeuvres numériques. Ceci étant, les reflets qu’elle renvoie et la transparence qui laisse le regard la traverser ont simultanément la fonction d’une peau et d’un camouflage. Elle se dissimule, voile quelque chose d’autre.

 

Et alors ?

 

Fissure volontaire de la révolte :

 

Ce n’est finalement pas une sculpture minimaliste, ou un objet épuré et soigné ne laissant rien transparaître d’autre que sa perfection. Il y a quelques travers qui prennent à contre pied les oripeaux du minimalisme, pour incarner, signifier un autre sens. Plus en détail, le volume dévoile ses altérations. Sa dégradation ne révèle pas l’histoire d’un vécu, l’usure du temps. Ses défectuosités s’originent dans sa construction initiale. L’oeuvre est dans un état de fragilité volontaire, brisée dès le début, par un geste assuré, placée dans un entre-deux où l’esthétique de sa finition joue avec la distance :  « belle de loin , mais loin d’être belle ». La volonté d’être un objet manufacturé renvoyant à une conception industrielle est absente. L’oeuvre, à priori mal finie, ne rougie pas de ses imperfections mais se révèle avec ses fissures, ses ajustements approximatifs. L'imperfection de la fabrication se revendique. Les fissures, les cassures affirment un refus d’une esthétique achevée, soignée. Le propos est bien ailleurs.

 

V, O, E, L, R, T, E sont présentées en désordre, agglomérées les unes aux autres. Ce ne sont pas de simples formes géométriques, mais le potentiel d'une force en dormance, une graine prête à germer, des lettres en volumes disposées à se déployer pour devenir mot : révolte.