potentia, 2014

250 x 180 x 40 cm

broken glass (picked up at a protest)

variable dimensions

1/4

Potentia est un agencement issu de fragments de verre récoltés lors de manifestation à Nantes. En réponse à la destruction d'un paysage, d'un milieu singulier, d'une zone humide et agricole, par construction d'un aéroport, des manifestants ont brisé vitrine et mobilier urbains. À la tombé de la nuit, ces destructions issues de gestes rapides et furtifs, ont métamorphosé quelques instants l'allure glorieuse de la ville. Le sol jonché de verre exposait une beauté anarchique qui s'évanouirait au petit matin.

Potentia est une installation fonctionnant un peu à l'image du jeux de construction le kapla . Les morceaux de verre empilés sont à chaque fois réagencés en équilibre, en situation de précarité, fragile. Le geste qui permet cette composition est l'inverse au geste qui  a créé les fragments de verre. L'imprécis, le rapide, le fugace et le violent entre en résonnance avec l'assuré, le calme, le patient, le formel.

 

Ces fragments de verre sont des objets récoltés puis réutilisés, réarrangés. Je les apprécie pour leur statut de « déchets de luxe », de « déchets mémoires », de « fragments séditieux » sauvés du nettoyage urbain. Ils appartiennent à ce que je nomme une collection d'objets d'études. Les objets d'études sont des fragments automnes, marqueurs de processus. Ils forment une collection d'objets singuliers et curieux, d'objets-mémoires de lieux et de temps. Objets que je connecte et associe le plus souvent au sein de dispositifs, entre display et sculpture.