1/31

1/7

Production d’une fabrique numéro 2, 2018

installation, structure en bois brûlé, impression directe avec encre UV sur dibond, matériaux divers.
dimensions variables

document sonore - wilfried nail & dominique le roy
00:00 / 00:00

ÉCHAUFAUDER LE RÉEL (Gafsa / Tunisie)

Echafaudage est une collection d'objets, fragment du réel, agencé dans des dispositifs sculpturaux. Wilfried porte son attention sur l'incertitude de ces objets, l'indétermination de leur fonction, la confusion de leurs origines, le doute de leur datation.

 

Wilfried glane, reformule et met en dialogue des documents photographiques, vidéographiques, sculpturaux et sonore ; des matériaux préhistoriques, antiques et contemporains : nucléus, brique antique, concrétions de calcaire autour d’une branche de palmier, phosphate, pneu recouvert de sel, pierre, vent dans le paysage industriel, algues moulées.

 

C'est une collection en équilibre, d'objets-mémoires de lieux et de temps, d'objets singuliers, curieux à la fois automnes et associés. 


La singularité de ces objets est également associée aux processus de leurs transformations, humaines ou naturelles. Ici wilfried engage une réflexion sur l'objet sculpture et son processus de transformation, les frontières, les glissement entre les objets prélevés et les objets fabriqués et les imbrications entre l'action de l'homme et l'action de la nature sur la matière. Il les connecte et les organise dans des dispositifs, afin de révéler une mémoire processorielle du térritoire.

 

Ceci est inspiré par les paysages gasfiens où se croisent l'action de l'homme (la CPG)  et les montagnes liées à la tectonique des plaques. Les terrils de phosphate étant presque aussi grands que les montagnes, le gigantisme de la transformation du­ paysage par l'action de l'homme se retrouve au même niveau que la formation des montagnes.

 

Wilfried parcourt le territoire de Gafsa à la manière des visiteurs de l'immense parc de Martial Canterel. Martial Canterel est un personnage imaginé par l'écrivain Raymond Roussel. Dans son livre Locus Solus, les visiteurs de ce parc découvrent des créations élaborées et étranges, des dispositifs complexes et énigmatiques qui participent autant du poétique que du scientifique.

 

 

Sculpture ouverte, accueillante, l'echaffaudage un espace de monstration, un display en résonance avec notamment l'horizontalité des tables qui présentent les photographies et certains objets. (comme la brique antique, les concrétions de calcaire autour d’une branche de palmier…)


L’échafaudage présente des objets qui sont à la fois fragments automnes et marqueurs de processus, ici en suspend par le fait qu'ils soient exposés. ( pierre prélevée près du lac. Fossile d’un morceau de plage réapparue à la surface, trace d’une ancienne mer, vouée à se dégrader et devenir du sable ). 


Ces objets sont également des notes des expériences en cours. C'est une collection en équilibre, d'objets-mémoires de lieux. Ces objets singuliers, curieux sont à la fois automnes et associés, à l'instar des -mirabilias1-. 


La verticalité de échafaudage renvoie aussi à la verticalité les strates géomorphologiques du paysage, qui permette de le lire : comprendre son processus de transformation.


Loin des dispositifs musicographiques précieux et soignés, ici l'échafaudage est en équilibre, bringuebalant, fragile. C'est un échafaudage fait de rebuts, de chutes de bois, d’éléments récupérés. Fait en un après-midi, il s'est élevé spontanément, de façon abrupt. 


« Tout en étant lui-même fragile, il soutient quand même les choses, un petit musée d'une mémoire processorielle.  C'est un peu ce que j'ai ressenti à Gafsa, on se demande comme ça tient, avec des bouts de ficelles, fait à la va vite, tout est en équilibre, fragile, anarchique et pourtant ça marche quand même et c'est beau. Finalement ça met en exergue le fait que ça tienne, malgré tout. »

« Et puis Gafsa est une ville où les échafaudages sont nombreux, tous fais avec les moyens du bord, parce que la ville grandie, des maisons s'élèvent partout, loin de la réglementation officielle. » Commente Wilfried

 

 

 

1La curiosité consiste donc en une forme d’émerveillement et d’étonnement devant la profusion de la création divine. Elle est à l’origine d’un mouvement qui incite l’homme à contempler la diversité des formes et à en rechercher les causes. Pour ce faire, il lui faut observer les curiosités, à savoir les objets eux-mêmes. Par principe, c’est donc le caractère énigmatique, étrange et nouveau d’une taille, d’une couleur, d’une propriété de l’objet qui en fait une curiosité ; qu’on appelle « singularité », « prodige », « rareté », « merveille » ou mirabilia (« choses admirables »)