_________________________________________________________________________

WILFRIED NAIL , CHAPITRE III – ZOMBI , à Bonus Ilôt des Îles.

Fréderix Emprou, 2021 - point contemporain

Si la pratique de Wilfried Nail se partage entre différents médiums tels que la sculpture, les installations vidéos, le dessin, la photographie ou la performance, ses œuvres ont pour habitude de

questionner les notions de territoire et d'histoire, tout comme celles d'empreinte et de trace, de matière et de mémoriel.

Lieux de transferts ou de déplacements entre des objets et un répertoire plastique, environnements géologiques, sites culturels et autres contextes socio-historiques, les pièces de Wilfried Nail amalgament souvent le paysager, les rites et l'idée de vestiges, les images de no man's land urbains et de zones abandonnées et désertiques, le rebut et l'élément minéral. A la croisée entre art pauvre, formes brutes et minimales, réminiscences fossiles ou sédiments, noir et blanc de la pellicule ou du graphite, les productions de l'artiste mixent cendres et plâtre, béton et bois carbonisés, et participent d'une vaste mise en réseau aux dimensions organiques et impressionnistes.

A la manière de présences ou de fantômes, fruit de collectes ou de captations, de voyages et pérégrinations, le travail de l'artiste nantais tient tout autant d'une écriture du sensible et de l'atmosphérique comme d'une fabrique généralisée.

 

Après Soleil noir et Rituel et plaisir, présentés successivement à Madrid et Nantes, l'exposition de Wilfried Nail pour Bonus s'inscrit dans la continuité de son projet initié à la Casa Velasquez en 2018 mixant lecture et installations, intitulé Rester dans le trouble. Emprunté au titre du fameux écrit de Donna Haraway, Staying with trouble,1 ce cycle se développe à la façon du working in progress, prend sa source et s'orchestre à partir d'une fiction écrite par l'artiste qui réactualise le mythe de Don Quichotte, sur fond d'un monde dystopique. Re visitation et réappropriation du mythe de l'anti-héros, après Cervantès et Kathy Acker, double et figure de l'artiste plasticien et de ses conditions, le texte de Wilfried Nail propose un regard sur le monde contemporain à la façon de la fable déviante et déraillante.

Allégorie de la société économique du début du XXIème siècle, de son ère impériale et globalisée, et de ses féodalités, les aventures de ce nouveau picaresque constituent autant de variation sur les genres, satire et parodie punk, mêlant l'épique et l'onirisme, au travers de personnages chimériques. Comme écho au texte de la philosophe américaine, et à sa poétique et politique du vivant, Wilfried Nail prend le parti pris d'un récit composite et fragmenté, aux textures et temporalités hétérogènes, qui encapsule display de monstration et performance. Clin d'oeil, illustration et problématisation de la ramification d'histoires et de temps pluriels, d'une conscience hybride et tramée des éléments et de l'humain, de la biologie et de l'anthropocène, l'artiste s'inspire de ces références tel un fil rouge.

 

A Bonus, à la façon d'une troisième séquence, Chapitre 3 Zombi convie le visiteur dans un espace interlope et frontière, où les mondes invisibles, l'énigme et les signes prennent des naturalités et des états selon différents lieux du globe et du temps. Ecosystème aux sources et symboliques cosmopolites, l'exposition compile différentes matérialités, entre volumes, clichés et formes dessinées, et présenterait l'univers de la chamane Aïa, personnage directement issu du Don Quichotte de l'artiste.

Endroit de passage entre les vivants et les morts, de transformation ou de métamorphose à l'image du four chamanique présenté, Chapitre 3 Zombi s'envisage entre réel et mythologie, focale documentaire et artefact, le cabinet de curiosité et la muséographie.

Entre des sculptures totémiques, cailloux déchets d'anciennes sculptures, les captations de symboles et hiéroglyphes indiens du Nouveau-Mexique, des dessins de cendres humaines préhistoriques provenant de Tunisie appelés Ramadia et les silhouettes de tombes colorées et sans corps photographiées en Mauritanie, Wilfried Nail dresse un panorama hanté et immersif.

 

 

En regard d'une actualité théorique et des textes d'Isabelle Stengers ou de Vinciane Despret, et jouant sur la confusion des réalités et des fictions, Wilfried Nail interpelle les contextes de l'art par glissements, et interroge les rituels et une certaine pensée du corps, du sacré, des cosmogonies et du païen. A l'instar de la performance du collectif Machoire, duo formé avec Benoît Travers, et dans ce jeu entre un décor et des accessoires, la scénographie et le white cube d'une exposition, Rester dans le trouble et Chapitre 3 Zombi s'appréhendent comme les esquisse et les prémices d'un possible et futur opéra en devenir.

 

 

________________________________________________________________________________

1« Ainsi staying with the trouble est pour moi une formule qui affirme cette évidence : nous héritons de tellement d’histoires que nous avons à apprendre à vivre avec, nous sommes façonnés par elles. » *

 

* Habiter le trouble avec Donna Haraway, éditions Dehors, 2019, (Le rire de Méduse. Entretien avec Donna Haraway, par Florence Caeymaex, Vinciane Despret et Julien Pieron)